Burkina Faso

Avec HAMAP-Humanitaire permettez à des enfants d’apprendre à lire, à écrire et de suivre un cycle de primaire.

Aujourd’hui, HAMAP-Humanitaire finance 5 classes de la 2e chance : elle finance non  seulement  les droits d’inscription, les fournitures scolaires, la  cantine pour 130 enfants, mais également le salaire des enseignants et leur formation par l’inspection pédagogique du pays.

Tout cela serait évidemment impossible sans l’aide de généreux donateurs.

Contexte local

Au Burkina Faso, bien que l’école soit obligatoire, de nombreux enfants ne peuvent se rendre à l’école, pour de multiples raisons :

  • Les familles sont souvent trop pauvres et ne peuvent assumer les frais afférents à la scolarité, de plus en zone rurale l’école peut ne pas être une priorité pour les parents, qui comptent sur leurs enfants pour les aider à cultiver.
  • Certains enfants ont été scolarisés au cours préparatoire, dans lequel les classes sont souvent surchargées (80 à 100 élèves), auquel cas les élèves ne peuvent être suivis individuellement par l’enseignant. De plus, l’enseignement se fait en français, langue qui n’est pas toujours parlée à la maison.  Aussi un bon nombre d’élèves stoppent leur scolarité à la fin du cours préparatoire.

Or, passé l’âge de 8 ans, les enfants déscolarisés ou qui n’ont jamais été scolarisés ne peuvent plus être inscrits dans les écoles publiques.

Historique

  • Dès 2009, HAMAP-Humanitaire a été interpelée pour remédier à cette situation dans les communes de Boulsin et Kokologho. Avec l’aide de partenaires locaux elle a créé et soutenu une classe dans chacun de ces villages, même si l’école de Boulsin a dû être fermée au bout de 6 ans.
  • Une autre classe a ensuite été créée  à Tanghin  et à Guluré, tandis qu’une deuxième classe était ouverte à Kokologho en même temps qu’était inauguré un nouveau bâtiment financé par HAMAP-Humanitaire pour accueillir les 2 classes.
  • Enfin en 2016 une nouvelle classe a été ouverte à Bingo.

Titre

Pour mettre toutes les chances du côté des enfants ces classes sont peu chargées, environ une trentaine d’élèves et HAMAP veille à ce que la parité filles-garçons soit respectée. De plus la cantine assure aux élèves de bénéficier d’au moins un repas dans la journée.

Des réunions avec les parents sont organisées lors des missions des bénévoles pour les sensibiliser à l’importance de l’éducation pour l’avenir de leurs enfants.

Après 6 années de scolarité, les élèves passent un certificat d’études primaires (CEP) qui leur permet éventuellement d’aller au collège.

En juin 2015 les premiers élèves de Kokogho ont passé le CEP avec un taux de réussite de 90%. Depuis ce jour, les résultats ont toujours été très bons. Grâce au système de parrainage mis en place par HAMAP, certains élèves ont pu accéder au collège puis au lycée. En effet, certains d’entre eux  ont passé le Brevet (BEPC) et sont actuellement  au lycée.

Pour un avenir meilleur pour les enfants et pour le développement du pays, l’éducation est primordiale.

Aidez nous à financer des écoles de la deuxième chance au Burkina Faso.